Contact
  • Les

    missions


    Musée de France depuis 2002, ce label garantit la qualité scientifique

    et culturelle des missions du Musée Basque.


    Selon la charte des Musées de France, il s'engage à :

    a) conserver, restaurer, étudier et enrichir les collections

    b) rendre les collections accessibles au plus large public

    c) concevoir et mettre en oeuvre des actions d'éducation

    et de diffusion visant à assurer l'égal accès de tous à la culture

    d) contribuer au progrès de la connaissance et de la

        recherche, ainsi qu'à leur diffusion


    Les hommes et les femmes qui exercent les métiers du patrimoine

    ont un engagement et une passion : la transmission des connaissances

    et le partage de la culture.



  • Conserver, étudier






  • Le Musée Basque et de l’histoire de Bayonne conserve environ

    70 000 objets répartis par matériaux (bois, pierre, métal, textile, papier) et par techniques (peintures, dessins, gravures, affiches, meubles, céramiques, vitraux, lapidaires, etc.). Les collections sont réparties dans deux grands domaines illustrant la société basque et gasconne : l’ethnographie et l’histoire. S’y ajoutent l’art régional et la documentation.La bonne conservation nécessite des locaux appropriés où le rangement, la lumière et le climat sont contrôlés. La conservation préventive s’applique autant aux objets exposés qu’à ceux rangés dans les réserves. En plus de la tenue d’inventaires des collections, un récolement des œuvres est nécessaire.


  • Restaurer






  • L’état sanitaire des œuvres entrant dans les collections du musée doit être étudié. Une salle de quarantaine reçoit provisoirement les objets présentant un risque (infestations diverses par insectes ou champignons). Après leur désinfection, les œuvres doivent parfois être restaurées. On trouve des bois fendus, métaux rouillés, textiles déchirés, peintures, dessins, gravures, photographies abîmés, papiers gondolés, etc.

    Les trop grandes variations de climat et l’excès de lumière entraînent des dégâts souvent irréversibles sur des collections fragiles. Chaque matériau et chaque technique nécessitent de faire appel à un expert agréé. Le mécénat et les subventions publiques participent aux frais de restauration qui peuvent être très élevés.

  • Enrichir les collections






  • Un musée vivant s’enrichit d’acquisitions. On entend par là les simples achats réalisés par la collectivité territoriale en charge du musée mais aussi les dons et les legs. Les achats sont rendus possibles grâce à des subventions publiques et parfois grâce à du mécénat.

    La Société des Amis du Musée Basque, reconnue d’utilité publique, joue souvent le rôle d’intermédiaire entre les mécènes et le musée. Pour être reconnues dignes d’un musée de France, les œuvres proposées à l’acquisition sont soumises à l’avis d’une commission attitrée.

    Elles doivent correspondre et participer au développement du projet scientifique et culturel.


    alt

  • Découvrir, interpréter






  • Le musée doit être aujourd’hui dans une démarche dynamique vis-à-vis de ses publics. L’art, le patrimoine ne parlent pas d’eux-mêmes pour une majorité de visiteurs. Il faut donc en dégager un sens, proposer une médiation.

    L’exposition est déjà en elle-même une forme d’interprétation des œuvres et des objets mais le rôle du service des publics est d’en suggérer d’autres. En développant des actions de médiation culturelle, il a pour mission d’accompagner les visiteurs dans la découverte des collections.